top of page

Andrée Mathilde Etheve


Portrait de Andrée Mathilde Etheve Designer Textile et maître Tisseur

Designer Textile et Maître Tisseur, Andrée Mathilde Etheve, est née à Madagascar. Descendant d’une famille Réunionnaise, natif de la creuse, vivant sur l’Ile Rouge depuis 4 Générations, Andrée Mathilde Etheve à 17 ans Part en France et passe le bac au lycée Dumont d’Urville de Toulon.


En 1963, une fois le bac C en poche, Andrée poursuit ses études d’ingénieurs en aviation civile à l’école polytechnique féminine à Sceaux.


Mais très Vite Andrée prend conscience que ce n’est pas sa voie et s’inscrit aux Beaux-Arts de Toulon, puis de La Seyne sur Mer pour devenir Artiste et designer Textile. En 1972 son travail est remarqué et obtient le grand prix des jeunes artistes du Sud-Est au Salon des Jeunes Artistes de Toulon.


En1982, après une conférence sur le renouveau de la soie artisanale, Andrée encadrée par le Ministère de la Culture suit une formation dans l’Atelier du Maître Tisseur Georges Mattelon à Lyon spécialiste du tissage à bras et du taffetas. Aux côtés du dernier maître tisseur de la Croix-Rousse, Andrée s’initie sur des métiers du tissage traditionnels à la teinture et au tissage de la soie.


Ses années aux Beaux-Arts, son imagination Créative, sa maitrise enseignée par un des derniers maîtres du tissage Lui permet de créer une synergie entre l’art et L’artisanat. Selon Andrée Mathilde Etheve, « chaque tissu à sa technique propre, chaque tissu est une création qui n’exige non pas de la patience mais de la passion ».

Andrée Mathilde Etheve sera présidente de l’association «Maintenant la soie», une association des tisseurs de soie en France jusque 1995.


Dans l’Atelier de Georges Mattelon, meilleur ouvrier de France, catégorie «Tissage et tapisserie», elle se perfectionne pendant 3 ans au tissage de la soie, des métaux précieux progressant aussi dans les teintures et colorants sur tous supports. Elle consacrera 12 années de sa vie au tissage à la main et travaillera la soie pour des maisons de haute couture, Yves Saint-Laurent, Lacroix et Emanuel Ungaro.


En 1989, pour l’exposition «Madagascar, Arts de la vie et de la survie» au Musée des arts africains et océaniens à Paris, Andrée Mathilde Etheve effectue plusieurs voyages à Madagascar.

En 1990, elle étudiera les méthodes de tissage et de teinture textiles de la sépulture de la reine Bathilde (7e siècle) au département archéologique du CNRS. En 1992 Andrée Mathilde Etheve reproduit à l’identique le tissage de la cape funéraire de la reine mérovingienne pour le musée de Chelles et collaborera avec le laboratoire archéologique du CNRS de Draguignan à la rédaction d’un ouvrage sur les textiles retrouvés dans la sépulture de cette reine mérovingienne en Décrivant les techniques de fabrication.


A la fin des Années 1990 Andrée Mathilde Etheve retrouve sa Terre Natale Madagascar. Elle se consacre à l'Art Traditionnel du tissage du raphia et de la soie sauvage. La Biodiversité exceptionnelle de Madagascar, lui permet de rechercher et expérimenter les plantes pour teindre et développe des techniques de teinture issues de fibres naturelles.

Les teintures sont issues de fibres naturelles « essentiellement de l’indigo, du ficus, du teck mais aussi des virages avec des cendres de végétaux et de la boue ».


Andrée Mathilde Etheve créer son propre atelier de tissage et de tressage de fibres naturelles à Mahajanga qui se nomme : «Terre La, Majunga».

Le raphia est cueilli dans le parc d’Ankarafantsika ; zone Raphière par excellence « C’est, je pense, le plus beau raphia de tout Madagascar ; long, blanc, parfaitement sec ».


Andrée Mathilde Etheve est devenu un maîtres Tisseur Respecté et Reconnu Mondialement, Gardienne de l'héritage d'un savoir-faire ancestrale.








Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page